rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.uttwiller.fr/data/fr-articles.xml

Fête de la bretzel, édition 2011

... Entre le marché aux puces et la fameuse spécialité alsacienne, l’ambiance battait son plein et les visiteurs étaient au rendez-vous !

10h : la route qui mène au village est déjà remplie de voitures garées en file indienne. Il fallait donc se lever tôt pour se frayer un chemin. Une fois arrivé, le promeneur peut chiner divers objets, mais aussi déguster les bretzels, salés ou sucrés, dont le parfum emplit les rues.

Martine et Yvan étaient venus vendre des fruits, des confitures, mais aussi des services à vaisselle et autres ustensiles pour deux types de clientèle. « Le matin, ce sont surtout les brocanteurs spécialisés qui viennent ici. En revanche, l’après-midi, ce sont plutôt les familles et les promeneurs », expliquent-ils.

Pour cette 15 e édition, les rues du village étaient pleines et le soleil a ravi les organisateurs.

« D’année en année, les gens reviennent, confie Jacqui Hoff, organisateur et président de l’association sport et loisirs d’Uttwiller. Le bouche-à-oreille fonctionne très bien, il y a même des habitants de Nancy ou Mulhouse qui font le déplacement » !

Une légende locale

Côté brocanteurs, il y en a de plus en plus chaque année, comme Béatrice, retraitée, et qui vient de Pfaffenhoffen. « Je fais les brocantes cinq fois par an et ma fille m’a dit que celle-là marchait très bien. Je me suis fixé une recette de 100 euros. A partir de ce montant, je suis contente ».

Les visiteurs, eux, sont parfois venus avec des brouettes ou de petits chariots pour se ravitailler en vaisselle, redécorer la maison, habiller les enfants ou leur offrir des jouets.

Pour comprendre à quel point le bretzel est important dans la région, il faut remonter au Moyen-Âge.

À cette époque, la légende qui entoure le bretzel dit qu’un jeune boulanger avait eu l’outrecuidance de critiquer la maîtresse du comte Jacques le Barbu. Il fut alors enfermé dans les geôles du domaine du comte. Pour lui permettre d’échapper à la mort, on lui a donné le défi d’élaborer un pain dans lequel il serait possible de voir trois fois le soleil.

Or à cette même époque, à Uttwiller, vivait un jeune homme nommé Jory, d’une force peu commune. Alors qu’il devait être enrôlé dans la garde du comte, il passa devant la prison et entendit la plainte du pauvre boulanger. Décidé à l’aider, Jory arracha un barreau de fenêtre, le tordit et lui donna ainsi la forme d’un bretzel avec ses trois trous.

Et pour la fête en l’honneur du bretzel, pas moins de 6 000 unités avaient été prévues pour nourrir visiteurs et brocanteurs toute la journée.

Source : DNA, par N.D., publiée le 17/08/2011


Page lue 1156 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !